Château de Bonneville


Le château de Bonneville est implanté sur la commune du Chamblac, dans le département de l'Eure. Il a été la demeure de l'écrivain Jean de La Varende de 1919 à 1959. Il fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques. Les fiefs de Bonneville et du Chamblac relevaient féodalement de la baronnie de Ferrières, intégrée en 1742 dans le Duché de Broglie (anciennement Chambrais).

Au XVe siècle, le domaine de Bonneville appartenait à la famille de Bonneville. Jean de Bonneville, chambellan du roi, est cité en 1400 comme seigneur du Chamblac et de Bonneville. En 1464, lors de la recherche de Montfaut, il semble appartenir à Laurent de Bonneville, sergent de Chambrais. Le château se transmet dans cette famille jusqu'au XVIIIe siècle. Sur la base d'un manoir carré, est édifiée une demeure en briques, entièrement remaniée sous Louis XV, et munie de toits mansardés.

En 1765, il appartient à Jacques Édouard de Bonneville, chevalier, seigneur de Bonneville, dernier seigneur et patron du Chamblac, mort en 1806. Il le laisse à Nicolas, comte de Bonneville, mestre de camp de cavalerie, dit « Gentil-Bo », mort sans postérité. Il avait été député de la noblesse aux États généraux de 1789. Cette famille portait : D'argent à deux lions léopardés de gueules. Armes des Bonneville Il fut transmis en 1806 par héritage à la famille Mallard de La Varende, par le dernier Bonneville.

Léon Mallard de La Varende, lieutenant-colonel d'artillerie, député de l'Eure, beau-frère du fameux « Nez de cuir », y décède en 1849. Antoine, son fils, y naît en 1808, mais le château revient à sa sœur Louise (1814-1883), qui y épouse le comte Albert de Bréda (1807-1881). La comtesse de Bréda-Heerenberg a été figurée par La Varende sous les traits de la « Comtesse de Bernberg », dans une nouvelle parue dans : Pays d'Ouche. Antoine en hérite et laisse la propriété à son fils Gaston de La Varende (1849-1887).

Le premier meurt en avril 1887, le second en juillet, laissant de Laure Fleuriot de Langle, d'origine rennaise, trois enfants dont Jean de La Varende (1887-1959). Veuve avec trois enfants, Madame de La Varende délaisse le château pour rejoindre sa famille maternelle. Jean de La Varende, dans sa jeunesse, rend visite à son château.

Il ne revoit en effet sa Normandie natale qu’en de rares occasions pendant son enfance et développe à son égard une très forte nostalgie qui l’amène à se réinstaller définitivement au château de Bonneville en 1919. Le parc a encore conservé bon nombre d'aménagements dont il avait soin, notamment un ensemble de buis taillés en rocs d'échiquier. Maquettiste de marine, artiste-peintre, et surtout écrivain. Il meurt en 1959.

Le château revient à son fils Éric Mallard de La Varende (1922-1979), puis à l'une de ses filles qui a épousé un Broglie. Il a été inscrit depuis quelques années à l'inventaire des Monuments historiques : Grand salon et chambre dite chambre de l' évêque, au rez-de-chaussée, avec leur décor : inscription par arrêté du 9 mai 1978. Façades et toitures : inscription par arrêté du 4 juillet 1991. Le parc et les jardins créés par La Varende à partir de 1919 ont été classés comme site par arrêté du 7 février 1964.


Hébergements à proximité

350 € A partir de
le-long-bois le-noyer-en-ouche

Le Long Bois

  • Le noyer-en-ouche
  • 02 32 30 74 13

image reservation



Avis et commentaires sur Château de Bonneville


* Ce numero de téléphone vous permettra d'être directement mis en contact avec l'établissement.
  Ce service de mise en relation vous sera facturé 1.34E+0.34E/Mn et n'est valable que depuis la France.